« Laissez-vous mener
par l'Esprit et vous ne
risquerez pas de satisfaire
la convoitise charnelle. »
(Ga 5, 16)

La cathédrale - Église patrimoniale


pro cathédrale 1854

Les premiers colons, les Maskoutains, arrivèrent en 1757 et se mirent tout de suite à défricher les terres pour l'agriculture. Ce n'est qu'un siècle plus tard, en 1852, que Saint-Hyacinthe fut érigé en diocèse indépendant de Montréal, et ce n'est qu'en 1880 que la cathédrale actuelle fut construite.

Pendant que Mgr Prince trouve refuge au Séminaire, on édifie à la hâte une pro-cathédrale en brique rouge près de l'Hôtel-Dieu. Elle est ouverte au culte le 6 août 1854. En octobre de la même année, on débute la construction de l'évêché actuel sur l'emplacement du vieux collège. En 1860, aux funérailles de Mgr Prince, la pro-cathédrale montre des signes de faiblesse sous le poids de la foule. Mais ce n'est qu'en 1875, que Mgr Louis-Zéphirin Moreau, nouvellement nommé évêque du diocèse, songe à remplacer l'édifice. Entre temps, de 1868 jusqu'en 1876, l'église Saint-Mathieu de Beloeil lui servit de «pro-cathédrale en exil».

cathédrale 1884

Le 15 août 1877, Mgr Moreau approuve les plans et devis de l'architecte Adolphe Lévesque et signe un contrat de 50 000 $. La cathédrale actuelle commence à s'ériger en 1878. L'édifice, de style roman pur, est béni par Mgr Moreau le 4 juillet 1880. L'église en pierre fait 61 mètres de long sur 24,4 mètres de large et les deux tours, hautes et carrées, font 35 mètres de hauteur.

Mais la façade se révèle trop lourde pour le sol argileux sur lequel elle repose. L'édifice étant devenu dangereux, une première restauration a lieu en 1908 par les architectes Maurice Perrault et Albert Mesnard. Ces derniers consolident les fondations, et les tours carrées d'origine font place à deux clochers élancés, tels que l'on peut les voir aujourd'hui. On ajoute aussi un portail et un carillon de cinq cloches est installé.

Une seconde série de réparations en 1942 fait disparaître les balcons latéraux. Tout l'intérieur est redécoré, un nouveau baptistère est installé, tandis que la crypte des évêques, sise au sous-sol, est transformé en chapelle.

intérieur cathédrale

À la suite du Concile Vatican II, les divers éléments du choeur sont réaménagés. L'église est également repeinte en entier et des lustres de verre de Tchécoslovaquie sont suspendus dans toute la cathédrale. En 1975, le tombeau de Mgr Louis-Zéphirin Moreau est installé dans le transept gauche de la cathédrale, l'Église s'apprêtant à le déclarer «bienheureux».

Les plus récentes restaurations datent de 1998-1999: redécoration intérieure, réfection du parvis, travaux de maçonnerie, de ferblanterie etc.

La cathédrale renferme certaines oeuvres qui méritent d'être soulignées: la toile de la voûte du choeur qui représente le Père éternel est une oeuvre d'Osias Leduc; les stations du chemin de la croix qui datent de 1913 sont d'un peintre parisien d'origine italienne, Joseph Uberti; les vitraux d'un artisan de Québec, Bernard Léonard.

brochure un lieu patrimonial

On peut consulter avantageusement la brochure

« LA CATHÉDRALE, LIEU DE PATRIMOINE RELIGIEUX À DÉCOUVRIR »

disponible au bureau de la paroisse au prix de 10.00$.



Visites guidées de la cathédrale


Il est possible de visiter la cathédrale en groupe. Vous pouvez vous adresser au Bureau de tourisme et des congrès de la Ville de Saint-Hyacinthe (450-774-7276) ou au bureau de la cathédrale (450-773-8583 poste 263).